Effesub Whalebone: seulement futuriste ?

0
143

Si certains matériels évoluent régulièrement, il faut avouer que dans le domaine des palmes c’est nettement plus calme. Et bien une nouvelle fois, Effesub ne se conforme as à cette ambiance générale et propose une palme particulièrement atypique.

 

 

effesub whalebone
effesub whalebone en action

 

Quoi de neuf ?

effesub whalebone
effesub whalebone, de face

 

Après avoir connu quelques belles évolutions, il y a quelques années, le secteur des palmes s’est un peu calmé et propose aujourd’hui des produits fiables et performants. Tout cela est très bien mais sommes nous pour autant arrivés au paroxysme du développement de ce produit ? Pour tout vous dire, j’en doute ! C’est vrai, les chaussons démontables ont aujourd’hui séduit la quasi-totalité des marques et les voilures en plus d’avoir changé de matière deviennent de plus en plus étudiées. Les systèmes de guidages n’ont pas été laissés à l’abandon et il faut bien avouer que l’on palme bien plus facilement et proprement aujourd’hui. Non comptant de ce constat, la marque transalpine Effesub crée la surprise en sortant cette année un modèle pour le moins surprenant : La Whalebone.

 

psmcafe
effesub whalebone

 

Une étonnante découverte

Alors dans les faits, à quoi peut bien ressembler cette «  créative » ? Côté chausson, pas de grande surprise, puisque l’on retrouve un chausson indépendant où la voilure est fixée au moyen d’une vis ainsi que des pattes de fixations latérales. Côté matériau, c’est classique et éprouvé ; on retrouve donc pour ce chausson, une réalisation bi-matières destinée à retransmettre au mieux les efforts tout en privilégiant une bonne ergonomie.

La voilure est réalisé en polypropylène avec un très bon travaille de structure afin d’optimiser le déroulé lors du palmage. Pour ce faire, on retrouve des sculptures de rigidification sur et sous ce modèle. Par ailleurs, afin de créer des sortes de déclives, des formes hyperboliques ont été creusées dans le dessus de la voilure. Par ailleurs, pour optimiser encore les efforts lors du palmage, deux zones juste devant le pied ont été totalement évidées.

effesub whalebone
effesub whalebone, la voilure

Enfin, l’avant de cette voilure a été en trois parties dans la largeur. Le but ? En réalité, grâce à un astucieux concept, Effesub donne la possibilité d’augmenter ou diminuer la canalisation des flux en jouant sur la position d’un curseur situé sur la zone du milieu sur lesquels sont ensuite raccrochées parties latérales. Pour tout dire, l’idée est loin d’être excentrique ou loufoque et en plus rajoute un sacré look à cette palme. Top !

 

 

 

psmcafe
effesub whalebone

1ere phase : la piscine

A peine ajustée au pied, on sent bien que l’ergonomie de ce modèle a été particulièrement étudiée. A l’eau, les premiers coups de palme confirment ce premier constat. Le pied est bien calé et les efforts verticaux sont assez bien retransmis à la voilure. Côté guidage, ce modèle dérape peu pour ne pas dire pas du tout pour peu que l’on utilise le système de canalisation. En surface, la palme rentre agréablement dans l’eau donnant une attaque de palmage facile et sans efforts trop importants. En apnée dynamique, on entre en action tout aussi simplement et d’une manière particulièrement performante. Pas de dérapage, la palme déroule parfaitement et sans cassure. Résultat, on traverse le bassin sans avoir à multiplier les coups de palme et d’une manière assez économique (le modèle soft aurait été encore meilleur). Arrive le moment du virage, la manœuvre est simple et la palme ne freine pas dans la rotation, chose rare. La relance est puissante et assez économique. Bref, dans une optique apnée dynamique, ce modèle peut constituer une bonne solution avant de passe à la fibre.

2eme phase : La grande bleue.

Après un constat franchement positif en piscine, on s’attendait à être aussi satisfait en mer et pour tout dire, ce modèle ne nous a pas déçu ! Départ du bord, on entre en action facilement et sans efforts particuliers. De son côté l’ergonomie est toujours aussi bonne et donne vraiment l’impression de perdre peu de notre énergie. Premier canard, la manœuvre se fait à merveille, l’appuie étant vraiment bon. Jusqu’à 10 mètres, on descend sans se poser réellement de question. La palme est puissante et permet de quitter la surface et de remonter d’une manière très intuitive et sans trop d’efforts. Au fond, les déplacements sont bons et on ne ressentira pas de gènes particuliers dans le registre des manières lors de chasses à l’indienne ou de positionnement à trop. Plus profondément et au-delà de 15 mètres, les remontées se font moins spectaculaires mais bon il s’agit d’un modèle plastique, ne l’oublions pas. Au-delà de 23m la palme montre ces limites vis-à-vis de modèles en carbone mais jusque là rien de surprenant me direz vous. Enfin, dans le courant, ce modèle propulse toujours bien et avec une certaine facilité, les longues sorties se font sans problème ni ressentir de gènes particulières, bien sure ceux d’entre nous appréciant les conditions plus houleuses se dirigeront en toute logique vers le modèle soft de couleur verte.

 

psmcafe
effesub whalebone en action

Conclusion : à ne pas sous estimer !

Effesub sort cette année un modèle de palme surprenant autant que novateur. Après le test, force est de constater qu’au look a été ajouté la performance. Bien construite et agréable au pieds, ce modèle possède un niveau de performance de premier plan et devrait s’avérer être un sérieux concurrent lors nos prochains comparatifs palmes plastique. La recette ? Un comportement facile et pas prise de tête autant en apnée en piscine que lors de l’utilisation en mer. La performance est très accessible autant qu’omniprésente. Bref, si l’on ajoute à cela la possibilité de choisir en plus entre trois rigidités (soft/vert, medium/noir, hard/rouge), difficile de ne pas trouver palme à son pieds !

 

On a aimé : – Le look

– La qualité de fabrication

– le niveau de performance

– la polyvalence

On a moins aimé : – une tendance à se rayer

– ?

 

L’avis des testeurs :

Bertrand ; «  S’il s’agit d’un modèle plastique, on est assez vite satisfait du niveau de performance et de la facilité avec lequel on l’atteint. J’ai aimé, l’ergonomie de ce modèle mais aussi son côté bien propulsif. Au final, je la conseillerais pour une utilisation en chasse mais aussi en apnée dynamique même d’un niveau avancé. En défaut, je retiendrais comme pour pas mal de modèle plastique, une tendance à se rayer lors d’utilisations rugueuses.»

 

David : «  Quel look ! Franchement, rien que pour ça j’ai adoré alors en plus quand je l’ai eu aux pieds et que j’ai découvert un caractère vraiment polyvalent, j’avoue avoir franchement flashé ! J’ai aimé son comportement en chasse sous marine dans le courant mais aussi le côté sécuritaire lors des remontées de 15 mètres. Derniers coup de cœur sur ce modèle : l’aspect carbone sur l’avant de la palme, trop fort ! »