Picasso Full Carbone: Uniquement esthétique ?

0
201

Unique modèle carbone de la gamme 2009/2010 de la marque portugaise, la Full Carbone surprend par un look vraiment réussi mais est ce là tout ?

Picasso Full Carbone
Picasso Full Carbone, le logo

Enfin stabilisée !

L’histoire de la marque Picasso et de l’hexagone a toujours été assez tumultueuse. Importée, oubliée, réimportée, re-oubliée bref jusqu’aujourd’hui de nombreux internautes se demandaient encore si cette marque connue depuis bien longtemps existait encore voir même avait un jour été réellement importée sur notre territoire. Bref au diable les histoires du passé ! Cette fois c’est la toute nouvelle société Blue Water Concept (important déjà des valeurs sûres comme C4, Riffe et surtout ayant repris la célébrissime marque Dessault), qui se charge de la distribution de la marque. L’objectif est simple : proposer une fois pour toute une véritable alternative aux produits déjà existants sur l’hexagone tout en fixant définitivement cette fameuse marque sur notre marché.

Picasso Full Carbone
Picasso version polymère camo

Une gamme 2010 plus que surprenante

Pour 2009/2010, la marque portugaise nous propose un catalogue à la fois esthétiquement abouti mais aussi véritablement exhaustif en terme de besoins couverts. On retrouve tous les modèles d’arbalètes dont on pourrait avoir envie en partant du simple alu en allant jusqu’au modèle carbone toutes options. Pareil côté accastillage, obus en tous genres, multitude de sandows disponibles au mètre ou bagués, il ne manquait plus qu’une gamme de 4 moulinets pour que la boucle soit bouclée. Côté combinaison, Le multiple champion Carlos Osorio a cherché à répondre là aussi aux besoins réels des pratiquants et propose ainsi quatre modèles dont deux camo et un sandwich. Enfin Côté palmes, là aussi quatre modèles; la version polymère propose deux versions en fonction de la dureté recherchée mais aussi une option camo pour chacune de celles ci. En fibre, on retrouve un modèle fibre de verre camo et la Full carbon que nous testons ici même.

 

Picasso Full Carbone
Picasso Full Carbone de face

A la loupe

 

Picasso Full Carbone
Picasso Full Carbone, le chausson

Ces palmes sont équipées du même chausson que pour toute la gamme. Il s’agit d’un modèle d’apparence robuste et relativement ergonomique. Ses bras sont assez hauts au départ et diminuent rapidement en arrivant vers le milieu de la voilure. Côté angle, on remarquera que cette palme possède un angle relativement important sans être extrême toutefois de 20 degrés.

Picasso Full Carbone
Picasso Full Carbone, le dessous

La voilure est un modèle dit «  Full carbone », ce qui est certains que les peaux extérieures de cette dernière sont réalisées en taffetas carbone à trame étroite de très bonne qualité.

Picasso Full Carbone
Picasso Full Carbone, les guides

Large de 21 cm pour une longueur de 60 cm du bout de pieds, il s’agit d’une voilure de longueur medium. La rigidité est de type souple à moyenne. Enfin, chose rare, la voilure est entière glacée, c’est jolie certes sensible aux rayures mais d’un niveau de finition impressionnant.

Enfin côté équipement, on retrouve des guides latéraux de bonne qualité et 16mm de haut.

 

En piscine:

Arrivé en piscine, la full carbone donne une impression de facilité. Sans être la plus nerveuse, elle permet déjà des déplacements en surface indolores. Une fois au fond, en apnée dynamique, même constat, les longueurs se font sans efforts et si une nouvelle fois on n’a pas d’impression de coup de boost, la vitesse atteinte est déjà d’un niveau intéressant. Le palmage se fait bien en ligne grâce au guides latéraux et le deroulé de la voilure est bien propre. Arrive le virage, la rotation est bonne et les guides latéraux ne perturbent pas outre mesure la manœuvre. La relance est assez nerveuse sans être trop vorace en dépense d’énergie. Les traversées se feront en 19/20 coup de palmes ce qui place cette palme dans le haut de sa catégorie.

Picasso Full Carbone
Picasso Full Carbone à la remontée

En mer:

Arrivée en mer, la Full carbone va montrer tout son potentiel. En effet, toujours aussi agréable en surface, elle facilite les déplacements y compris dans le courant. Première descente, l’appuie est bon et le canard en surface facile. Les premiers coups de palmes permettent de laisser facilement la surface. Arrivé au fond, on se plaque aisément et même dans le courant les palmes ne viennent pas perturber nos positionnements. A l’indienne, grâce à leur longueur moyenne et à la hauteur de leurs guides, on garde une bonne maniabilité. Lors des remontée, la Full carbone offre un bonne appui sans être fatigante. Testée jusqu’à 29 mètres, elle reste performante grâce à sa rigidité moyenne qui ne déstabilisera ni les amateurs de palmes très souples ni ceux aimant au contraire garder un bon appui rigide. Les remontées sans être aussi économique qu’avec les VGR81 ou les Imersion Free diving Spirit, sont toutefois très intéressantes de part leur accessibilité. Enfin côté ergonomie, sans être exceptionnelle, elle ne gène à aucun moment.

 

Picasso Full Carbone
Picasso Full Carbone en action

Conclusion:

Au final que dire de ces Full Carbon Picasso ? Elles auront été assez performantes en piscine comme en mer et surtout ne nous auront jamais pris par défaut. Au point même que l’on aurait parfois l’impression d’avoir toujours chassé avec. En un mot : polyvalente. Dotées de bonnes performances dans un maximum de registres et de conditions, elles représenteront un achat intéressant pour un premier achat fibre comme pour des pratiquants exigeants. Seul bémol: une ergonomie à l’ancienne qui pourrait être améliorée.

 

Les+:

-le look

-la finition

-la polyvalence

 

Les-:

-l’ergonomie améliorable

-le glaçage plus sensible aux rayures.

 

L’avis des testeurs:

Bertrand: «  C’est propre, polyvalent et bien construit. En piscine comme en mer, j’ai apprécié la bonne polyvalence de ce modèle. »

 

Samuel: «  Elles en jettent avec leur finition glacée. Dans l’eau, c’est une véritable palme à tout faire. Ce que j’ai aimé le plus : l’impression de les avoir toujours connues. Le moins : l’ergonomie du chausson qui pourrait être améliorée. »