C4 Wahoo, à la frontière du polymère

0
112

Quand une des marques des plus novatrices décide de réaliser une palme plastique, il y a fort à parier qu’elle ne fera pas les choses à moitié. C4 nous présente ce mois-ci sa première palme polymère : la Wahoo.

C4 Wahoo, vue de dessus
C4 Wahoo, vue de dessus

Objectif addiction ?

Pourquoi une palme polymère ? C’est exactement la question que nous nous sommes posés lorsque nous avons appris que le géant du matériel composite qu’est C4 allait sortir un modèle « plastique ». Volonté de combler un manque dans sa gamme déjà surdéveloppée, nouvelle orientation vers un public moins pointu ? Bref avant d’avoir vu le produit les questions se bousculaient. Une fois en mains, on y voit d’amblée plus clair. La firme italienne propose ainsi, grâce à ce produit, de faire un premier contact avec le savoir faire C4. Résultat, on retrouve le chausson ergonomique Mustang et les guides paraboliques associés cette fois à une voilure polymère. Au final, ceux qui ont déjà gouté à ce chausson exceptionnel on enfin la possibilité de s’équiper en polymère sans perdre en qualité et ceux qui ne le connaissait pas de faire sa connaissance à moindre prix. Mais est ce tout ?

C4 Wahoo, vue de dessous
C4 Wahoo, vue de dessous
C4 Wahoo, les guides
C4 Wahoo, les guides

 

 D’un peu plus près.

Bien entendu et comme dit plus haut, la Wahoo, c’est d’abord le chausson ergonomique C4. Introduit avec la Mustang il y a 2 ans, ce chausson adopte une approche totalement différente de ce qui peu se retrouver chez les autres équipementiers. Ici l’ergonomie prend toute son importance au point même que l’on dissocie le pied gauche du droit. Adaptation d’une chaussure d’athlétisme, ce chausson reprend aussi un système de laçage pas forcément évident au départ à mettre en œuvre, mais terriblement efficace une fois fait (en, gros on le fait une fois pour toute lors de la première mise à l’eau). Celui-ci est solidarisé à la voilure au moyen de deux vis de grosse taille. Bref, c’est du solide.

C4 Wahoo, le chausson
C4 Wahoo, le chausson

Côté voilure, on retrouve l’outline de type Flap ayant pour objectif de rajouter de l’allonge au palmage tout en diminuant les risques de vrillage. Côté souplesse, si la zone devant de pieds possède une bonne rigidité, cette dernière diminue régulièrement pour finir bien souple en bout de palme. Enfin, deux guides paraboliques sont chargés de diminuer tout risque de dérapage .

 

En piscine :

Une fois de plus avec les nouveaux modèles C4, les premiers coups de palmes sont un plaisir. La raison est simple, grâce au chausson lacé on retrouve avec plaisir une des meilleures ergonomie du marché. Le palmage est facile, la voilure bien souple et l’angle important de celle-ci contribuant à faciliter la pénétration de la palme dans l’eau. En apnée dynamique, nous sommes agréablement surpris par la bonne souplesse de ce modèle. Souple mais possédant une bonne réserve de puissance devant le pied, elle nous permet de réaliser des longueurs à une vitesse assez importante et surtout de manière étonnamment économique. Le déroulé est impeccable, les guides paraboliques jouant aussi leur rôle en diminuant tout risque de dérapage. Au moment du virage, on retrouve une certaine accroche comme avec tous les modèles de la marque en raison de la hauteur des guides, toutefois, l’effort à fournir reste minime grâce à la très bonne ergonomie du chausson. La palme fait vraiment corps avec l’apnéiste. Le moment de la relance ne fait que nous confirmer la bonne puissance de se modèle. A signaler qu’avec un nombre de coups de palmes sur 25 mètres réduit, ce modèle se propulse directement parmi les leaders de la catégorie palmes plastique.

 

C4 Wahoo
C4 Wahoo en action

En mer:

Agréable et performante en piscine, nous nous doutions que l’arrivée dans la grande bleue ne lui poserait pas le moindre souci. Effectivement, s’appuyant toujours sur sa très bonne souplesse, la Wahoo permet des déplacements sans effort dans tous les types de conditions. Nous réaliserons de longues sorties dans le courant sans éprouver la moindre fatigue, un plus ! Premier canard, l’appui est bon et permet de vite oublier les premiers mètres. En action verticale, le palmage est simple, dans l’axe et performant. Arrivé au fond, la palme se fait totalement oublier et semble peu sensible au courant ou aux ondulations de la mer, une fois de plus la très bonne ergonomie du chausson joue ici un rôle important. En pêche à l’indienne, la palme devient un véritable prolongement du corps et autorise des déplacements furtifs autant que précis. A la remontée, pas plus de problème, la puissance est bien là. Impressionnés par son rapport souplesse/puissance, nous avons essayé de pousser la Wahoo dans ses retranchements en attaquant quelques descentes profondes. Après bien des essais, nous devrons bien le reconnaître jusqu’à 20/24 mètres la palme ne pose strictement aucun problème.

 

C4 Wahoo en action
C4 Wahoo en action

Une valeur sure !

Bien que nouvelle venue sur le marché, la Wahoo se propulse directement parmi les leaders de la catégorie. Ergonomique, polyvalente, doté d’un rapport souplesse/ puissance assez rare, elle sera un modèle parfait pour des pratiquants exigeants autant que pour des débutants désireux d’avoir aux pieds un modèle qui les accompagnera sans problème dans leur progression. Pour les plus expérimentés, la C4 Wahoo reste un modèle proposant des qualités indéniables d’ergonomie et de performances de haut niveau dans un maximum de conditions

Les+:

– polyvalence

– performance

– ergonomie

 

Les –:

– le prix

L’avis des testeurs:

Bertrand : «  Avec les palmes plastiques c’est souvent le même problème, soit elles sont souples voir trop souples soit à l’inverse trop raides. Là avec la Wahoo, j’ai été agréablement surpris par son rapport souplesse/ puissance. Et l’ergonomie, que dire de plus ? Incroyable »

Alain : « Fanatique de palmes en fibre, j’ai commencé ce test avec un certain apriori et pas mal d’appréhension. A mesure que j’avais ce modèle aux pieds, j’ai fini par me demander si ce n’était pas un modèle en fibre de verre. Puissante et pourtant étonnamment souple, elle m’a permis des remontées toujours faciles et économiques. Pour moi, une vraie valeur sure de sa catégorie ! »