Interview Exclusive: Xavier Delpit nous raconte ses championnats du monde 2015

0
393

Après avoir connu une période un peu difficile en compétition, Xavier Delpit arrive à transformer merveilleusement l’essai lors de ces championnats du monde CMAS 2015 à Ischia en s’offrant une médaille de bronze malgré des conditions assez rudes. C’est avec ce nouveau Xavier Delpit que nous voulions absolument conserver, voici son interview :

Xavier Delpit le calme avant un retour gagnant en compétition cette année
Xavier Delpit le calme avant un retour gagnant en compétition cette année

1 – Dis donc Xavier, on a comme l’impression que le climat italien te va plutôt bien avec cette médaille de bronze, alors heureux ?

Xavier Delpit : Salut à tous ! Le climat Italien que l’on attendait sympathique a été plutôt austère avec nous entre vent, mer, pluie et une thermocline « virile » à 50m mais finalement il m’a effectivement plutôt bien réussi ou du moins toute l’équipe est restée très motivée pour perfer malgré ces conditions, avec cependant pour ce premier opus des championnats de profondeur CMAS une sécurité parfaite qui nous a mis en confiance et de beaux moyens vidéos avec ce live et une caméra profonde pour la première fois.

2 – Plus sérieusement, d’un point de vue extérieur, on t’a senti plus serein d’une manière générale y compris dans ta préparation ?

J’ai traversé 2 années vraiment difficiles point de vue organisation, entrainement et résultats en compétition (et mon travail est loin de rendre les choses simples) et j’ai du changer de nombreuses choses dont ma manière d’appréhender l’apnée et mes motivations en me recentrant sur le plaisir que j’ai à être et à glisser sous l’eau qui commencent à porter leurs fruits et m’ont permis d’arriver sur cette compétition d’une manière effectivement plus sereine. Même si je suis loin d’égaler la décontraction d’Andréa Viturini qui est un maître en la matière et la pression n’était pas des moindres sur cette compétition

Xavier Delpit depart

3 – Et justement si tu nous parlais de cette année écoulée pour arriver à ta préparation finale avec Chango diving et Arthur ?

Cette année s’est faite au final sans coach, avec ma  piscine fermée depuis 5 mois donc je suis loin de l’entraînement que j’aurais aimé avoir.  J’ai cependant débuté à intégrer différents types de travail et notamment du yoga avec une coach qui ont commencé à porter leurs fruits en complément de mes séjours égyptiens chez Onlyone Apnea Center pour les profondeurs et à Nice avec Marick et sa structure Chango Diving pour plonger dans les conditions plus proches d’Ischia avec comme toujours une totale confiance en lui et disponibilité de sa part.

Xavier Delpit, la porte de 100m
Xavier Delpit, la porte des 100m

4 – En poids constant, tu tournes 9 mètres avant ta marque, tu nous expliques ? – Est ce que cela ne t’a pas fait douter pour la suite ?

En poids constant la thermocline a eu raison de moi…j’approche maintenant les 100m en constant en Egypte et à Bali assez facilement mais le froid est beaucoup plus difficile à gérer pour moi et malheureusement les évènements dramatiques à Nice la semaine de mon départ ont rendus cette préparation spécifique peu productive. La thermocline avait même « disparu » à Villefranche les derniers jours tellement ça avait « brassé »….j’ai été donc déçu et un peu perturbé par cette profondeur médiocre mais avec d’autant plus l’envie de prendre ma revanche en jump même si je n’avais à ce niveau que peu d’entraînement spécifique, heureusement nous avions fait une belle séance sur le jump de la gravière 15 jours avant.

Xavier Delpit, souvenirs d'Ischia
Xavier Delpit, souvenirs d’Ischia

5- Après donc cette épreuve, tu vas devoir attendre et voir les autres copains de l’équipe de France faire des médailles mais aussi les prévisions météo se durcir. Comment arrives tu à gérer ça ?

Le début de la compétition a été dur pour toute l’équipe : il fallait faire connaissance et se souder, malgré la polémique qui nous a tous fait mal au moral, l’absence d’acclimatation contrairement à plusieurs favoris, le temps peu clément, et la première journée sans résultats…La première médaille de Rémy Dubern en bipalme a permis de « débloquer le compteur » et a permis à tout le monde de s’exprimer au mieux et nous avons joué avec le facteur temps en adaptant nos annonces et stratégies ce qui a été gagnant.

6 – Et arrive le Jump Blue, on voit certains gros prétendants se rater alors que tu passes en dernier et boom 176m. Tu nous racontes ta perf ?

Il y a eu un gros travail stratégique sur ce jump de façon à mettre les italiens (qu’on adore ceci dit) sous pression, en me gardant, recordman du monde en dernière position avec une grosse annonce, ce qui a été plus que gagnant pour qu’Arthur puisse jouer son rôle d’outsider à fond mais la pression sur mes épaules n’en était pas moindre : grosse annonce à assumer, la fatigue des derniers jours, la météo froide, et un record du monde à égaler pour accrocher le bronze, mais je voulais enfin réécrire une belle page et je suis allé la chercher, aidé par les mots d’Arnaud Ponche au départ. Malgré un gag sur le plomb de départ je me remets vite dans mon apnée, les sensations ne sont pas optimales mais la technique est là sur cette discipline plus joueuse autour des poissons qui sont dans le cube que j’aime et j’optimise au mieux chaque virage et me cale sur la distance pour la médaille en sachant et sentant que je n’ai pas la préparation pour aller chercher Arthur cette année.  La sortie reste très fraiche et je ressors très heureux de ce beau podium que je partage avec un ami.

le podium du Jump Blue
le podium du Jump Blue

7 – Au final tu perds ton record mais gagnes une très belle médaille de bronze. Que tires tu de cette expérience ?

Les records sont faits pour être battus ! et rebattus….je suis très heureux qu’il reste à l’équipe et Arthur est vraiment très très fort et le mérite. Pour moi c’est une très belle médaille qui clôt deux années très difficiles.

8 – La saison 2015 est finie, vive la saison 2016. Comment vois tu Xavier Delpit en 2016, quels sont ses objectifs ?

Cette saison, je compte bien adapter mon entraînement à mes envies et voir ce que vaut mon potentiel complet autant en piscine qu’en profondeur où un projet devrait pouvoir se concrétiser et coté plaisir je prend part avec mes amis Jean-Luc Tulliez et Eric Demay (grand spécialiste des dauphins) à bluexperience pour de beaux voyages autour de l’apnée et des cétacés.

Xavier Delpit, la passion pour le bleu
Xavier Delpit, la passion pour le bleu

9 – Le mot de la fin ?

Merci à tous ceux qui m’ont soutenus (et supporté parfois dans tous les sens du terme) mon amie, mes amies, toute l’équipe de France, ma belle mono Oleg et ceux avec qui j’ai eu le plaisir d’être sous l’eau, continuons à profiter de notre beau monde bleu et de ses merveilles et…à bientôt.

 

Merci à toi et à bientôt pour la nouvelle saison et tes nouveaux projets.