Monopalme Powerfins : un futur bestseller !

0
4123
powerfins polymere.

Véritable incontournable dans le secteur des monopalmes destinées à la nage avec palme ou à l’apnée, Oleg Pudov a décidé de sortir sa première monopalme 100% polymère. Mais retrouve t-on chez cette dernière toute l’expérience et les qualités made in Powerfins ?

Un long chemin :

Si Oleg Pudov pouvait fabriquer ses propres monopalmes en fibre, la mise sur le marché d’un modèle destiné à l’entraînement autant pour les débutants que pour les plus confirmés a toujours été dans ses objectifs. L’objectif était simple : offrir un produit pouvant accéder à 100% des piscines en horaires public ( ce qui n’est pas forcément le cas pour les modèles fibre), suffisamment ludique et facile pour que l’on puisse faire un premier contact avec le plaisir d’onduler sous l’eau mais aussi suffisamment technique pour que les plus affûtés puissent aussi se service de ce modèle dans les phases d’entraînements. Bref, entre l’idée et la sortie sur le marché, il y avait un sacré travail !

Premier test, Powerfins s’appuie sur le partenariat avec Mad wave et propulse sur le marché une monopalme 100% polymère d’une seule dureté. Le succès ne tarde pas mais le sorcier russe n’est pas satisfait il doit faire mieux.

DCIM100GOPROG0451905.

Il y a un an, il arrive enfin à sortir des bi palmes de compétitions homologuées CMAS, elles sont rapides, disposent de différentes duretés et l’étude des moules lui a permis de réfléchir le flex de chacun des modèles. Vous l’aurez compris, de là à sortir son premier modèle de monopalme 100% polymère il n’y a qu’un pas et ce pas sera fait début 2018 !

En détails :

Cette monopalme comme dit plus haut est un modèle moulé et constitué à 100% de polymère. Il est disponible en 3 duretés ( soft, medium et hard). Et si les modèles testés étaient bleus, de nouveaux coloris sont entrain d’arriver.

Plus précisément, on constate que la construction même de ce modèle a été bien faite avec des renforts ( longerons sur la palme) à épaisseur variable qui vont loin et qui vont permettre de contrôler le flex de la monopalme en action de nage. Idem pour l’épaisseur du modèle qui s’affine à mesure qu’on avance vers le bout de palme.

Côté chausson, on est sur un chausson assez similaire à celui utilisé pour les bi palmes et donc bien plus raide que le modèle mad wave. Ici pas de trou en bout de palme et un matériau plus raide, on garde par contre le chausson ouvert au niveau du talon.

Ce modèle est disponible en tailles : 32/34, 35/37, 38/40, 41/43, 44.46. Côté prix, ils varient en fonction de la taille entre 40€ pour le 32/34 et 70€ pour la version 44/46.

En action : un bon en avant !

Dès la chausse de ce modèle on se rend compte qu’on est en face d’un produit qui certes est destiné à être accessible mais qui pour autant n’a pas prévu de sacrifier les performances. On mettra donc de petits chaussons de bout de pieds et on n’oubliera pas surtout au départ et comme pour les mono palmes en fibre d’aider la pénétration du pied à l’intérieur du chausson avec quelques gouttes de savon liquide.

Ceci étant fait, place à l’immersion et là aussi on ne peut que constater le chemin parcouru !

La première ondulation donne immédiatement une sensation d’accélération surprenante pour un modèle polymère. On sent que la palme déroule de manière régulière et surtout tenue ( merci aux longerons). Résultat, même sans une technique affûtée, un débutant a rapidement des sensations de vitesses impressionnantes et surtout qui vont lui permettre de ressentir la technique ondulatoire.

Testées en soft et médium, on voit clairement une différence de rigidité. Pour autant, un débutant même lourd pourra parfaitement s’amuser et glisser en utilisant un modèle soft.

Côté perf, sans être entraînés, nous aurons réussi à faire un temps au 50m surface à 27’54 secondes ce qui est très correct pour un produit polymère et quand on voit la petite surface de la voilure.

Les performances c’est très bien mais qu’en est-il du confort ? Revers de la médaille, on a clairement l’impression qu’il faut que soit le pied s’habitue ou que l’avant du chausson se fasse. On ressent au départ pas mal de pression sur l’avant du pied, ce qui pourra limiter la durée de l’entraînement. Pour autant au bout de quelques séances, c’est moins flagrant et les 400m se font sans problèmes.

Conclusion :

Monopalme et polymère vont difficilement ensemble. Et pourtant, malgré un matériau difficile à rendre performant, le sorcier russe Oleg Pudov a réussi à mettre sur le marché un modèle qui semble parti pour être un véritable incontournable dans les bassins. Accessible, ludique, évolutif et malgré tout performant, il est difficile de prendre à défaut cette Powerfins sinon côté ergonomie lors des premières utilisations. Un modèle bien né qui semble parti pour seconder sans rougir le reste de la gamme !

Les+ :

-accessibilité

-vitesse et accélération pour un tel matériau

-un plus en matière d’apprentissage

-utilisable dans toutes piscines

Les- :

– un bout de pieds un peu rigide .