Sporasub QF4 Seamless: contre toute attente

0
203

 

Sporasub marque son retour sur le marché de la pêche sous marine par une féroce envie d’innovation. Sa gamme de néoprène en est l’exemple même avec ce vêtement sans coutures: la QF 4 Seamless.

Sporasub QF4 Seamless
Sporasub QF4 Seamless de face

Seulement une résurrection ?

Sporasub a longtemps été un véritable symbole de la chasse sous marine. Marque emblématique elle a connue les belles années de notre sport/passion avec des succès encore présents aujourd’hui dans les mémoires (palmes, arbalètes dagues créées par Hugues Dessault). Avec le temps, la mode est un peu passée et le succès a un peu flétri au point même qu’il y a quelques années la marque disparut purement et simplement au profit de Mares.

En 2009? La société italienne Omer dirigée par Marco Ciceri décide de reprendre le mythe Sporasub et surtout d’en refaire une marque d’exception. Les recettes seront « simples » :de l’innovation à tous les étages !

 

Les moyens d’une réussite

Comment faire revenir une marque comme Sporasub ? Nous l’avons dit précédemment : en innovant ! Mais l’innovation ne sert à rien si l’on ne sait pas s’appuyer sur les clefs des succès passés. Ainsi, en plus d’être innovants, les produits développés devront être robustes mais aussi de véritables réponses aux passionnés. C’est ainsi que l’on verra, non sans plaisir, le retour d’un modèle de planche de chasse démontable mais aussi d’une bagagerie étanche, de palmes tentant de répondre activement aux soucis modernes d’ergonomie et de légèreté,…, et bien entendu d’une gamme de combinaisons réduite par le nombre de ses modèles mais proposant une réponse à une vaste gamme de demandes.

 

La gamme néoprène

Comment répondre à un maximum de besoins en ne proposant que trois modèles au public me direz vous ? Nous nous sommes aussi posés cette question mais en vous approchant d’un peu plus prés de ces modèles que trouvez-vous ? Si l’on fait abstraction de la demande de bas prix, il reste au final des pratiquants désirant soit un vêtement camouflage soit d’un seul coloris, soit recouvert d’un doublage lycra afin de privilégier la solidité soit au contraire sans revêtement ( donc lisse) afin d’optimiser la glisse ou le séchage hors de l’eau.

Si cette observation n’est certes pas totalement exhaustive, elle reprend relativement bien la tendance générale. Et cela les ingénieurs de Sporasub l’ont compris. Ainsi, on retrouve une gamme de trois vêtements déclinés en une multitude de tailles et épaisseurs.

Première de la gamme, la série Green mimetic intégralement réalisée en néoprène lycra extérieur d’un sympathique coloris vert mimetique et qui est disponible en -6 tailles mais par contre quatre épaisseurs ( 3 et 5 , 7 et 9mm).

Autre modèle et non des moindres, la Yamamoto 45, intégralement réalisée en néoprène lisse du même nom et qui va représenter le haut de gamme de cette série.

Enfin et c’est le modèle que nous testons, la QF4 Seamless, située entre les modèles précédents et qui tente quand à elle de trouver une réponse à la demande de souplesse en enlevant une bonne partie des coutures. Elle est disponible en deux épaisseurs et en cinq tailles.

Enfin, chose assez rare, toutes les gammes possèdent la possibilité de choisir entre un pantalon taille haute ou à bretelles

.

Sporasub QF4 Seamless
Sporasub QF4 Seamless de dos

La Seamless d’un peu plus près.

Intégralement construite dans un néoprène lycra noir de bonne qualité, la QF4 surprend en premier lieu par un nombre assez élevé d’empiècements. Qu’en sera t il de la souplesse ? Et bien contrairement aux préjugés que l’on pourrait avoir, la souplesse est bonne grâce au collage et galonnage unique d’une bonne partie de ces pièces.

Sporasub QF4 Seamless
Sporasub QF4 Seamless détail

Comment est construit ce vêtement ? En réalité sur le papier ( ou le clavier) c’est assez simple. On procède à un collage des différentes pièces comme sur une combinaison classique sauf qu’au lieu de coudre ensuite chacune de ces pièces , on va alors coller une sorte de bande élastique par dessus afin de solidifier comme une couture mais sans pour autant sacrifier la souplesse.

Côté coupe, cette QF4 Seamless possède une coupe bien préformée autant pour la veste que les pantalons. Le système d’accroches en bas de veste est un système classique en nylon, robuste et fiable. Enfin, la cagoule remonte bien sur le menton, un plus pour les eaux froides.

Au niveau de la solidité, ce modèle possède un renfort d’armement bien rigide et de taille moyenne, pas de renforts aux coudes et par contre des renforts de taille assez grande au genoux réalisées en picots de polyuretane.

Les extrémités sont surfilées ainsi que le tour de visage.

En Action:

Bien préformée, la QF4 Seamless s’enfile sans problème et surtout suit parfaitement les courbes du corps sans créer de bulles d’air importantes ou autres inconforts. Côté taille, on est dans un classique italien (rajouter en moyenne une taille de plus: un L français devient pour ainsi dire un XL).

Sporasub QF4 Seamless
Sporasub QF4 Seamless en action

Assez souple, elle n’occasionne hors de l’eau aucune sensation d’oppression thoracique ni de gène lors des mouvements des bras. Une fois à l’eau, la bonne impression continue. Bonne mobilité en surface, pas de zones d’air persistantes ni d’entrées d’eau, et côté souplesse ? S’il ne s’agit effectivement pas du modèle le plus souple du marché, on est toutefois à un très bon niveau de performance. Côté isothermie, rien à redire ! Malgré les 15 degrés de l’eau en surface, on est bien protégé. Cette QF4 semble être parfaitement parée pour affronter une bonne partie de l’intersaison, pour ne pas dire de l’hiver ( surtout pour ce qui choisiront le pantalon à bretelles). En action pure, le bilan est très positif, à l’agachon pas de soucis particuliers ni lors des divers exercices de contorsions de la chasse à trou. Et l’indienne, rien à dire !

A 10 mètre, l’écrasement est présent mais assez minime, lors des descentes les plus profondes ( 32 mètres), même constat; le vêtement s’écrase mais rien de dramatique, loin de là ! Idem pour la chaleur à cette profondeur, on sent la différence de température ( pas énorme toutefois cette fois là) mais l’isothermie reste bonne.

 

Sporasub QF4 Seamless
Sporasub QF4 Seamless en action

Conclusion:

Sporasub nous présente un jolie collection pour cette année 2009 et nous donne, quelque part, l’eau à la bouche pour les productions 2010. La GF4 Seamless explore un type de vêtements encore peu utilisé. Doté d’une coupe bien taillée, assez renforcée (des renforts aux coudes lui donnaient un sans faute), chaude, ce modèle semble difficile à prendre à contre pieds. Et côté souplesse, derrière les préjugés s’est révélé un modèle assez compétitif. Vous l’aurez compris, lors du futur remplacement de votre 5mm, ne sous estimez pas ce modèle !

Les +:

-un look sympa

-une coupe aboutie

-les options concernant le pantalon

-une finition/construction impeccable

Les -:

-déjà bien souple, on l’aurait aimé encore plus.

-pas de renforts aux coudes (même si la qualité de néoprène évite une usure rapide à ce niveau)

 

L’avis des testeurs:

Luis: « En voyant, cette construction particulière, j’avoue j’ai eu peur d’avoir un vêtement trop raide. Une fois sur moi, j’ai été agréablement surpris par un souplesse intéressante et une coupe vraiment aboutie. Côté chaleur, rien à dire, c’est top ! »

Alain: «  très bien coupée, bien construite, la QF4 Seamless m’a semblé un bon vêtement, polyvalent et chaud. Le manque de renforts aux coudes lui font rater le sans faute ! »