Omer Stingray Short: au delà d’une palme !

0
420

Omersub nous a habitué à tout avoir dans son catalogue depuis quelques années. Fin 2011, une palme fait une entrée assez discrète dans celui-ci : la Omer Stingray Short. Qu’en est il ?

omer stingray short
omer stingray short, le logo

Omersub version palmes :

Chez Omer, on ne laisse généralement que peu de choses au hasard. Et à regarder le catalogue, le secteur des palmes ne fait pas exception puisque l’on retrouve pas moins de 6 modèles de palmes sans compter les différentes duretés. En effet, la catégorie carbone est d’abord divisée en type de finition (carbone ou camouflage) mais aussi en trois duretés. Idem pour les Stingray version polymère qui se décline en black ou camouflage et en deux duretés (black et winter). Parallèlement à ces versions, on peut aussi choisir sa longueur puisque une version plus courte de 15cm existe, c’est la Stingray Short. Enfin un modèle d’entrée de gamme est bien entendu présent, il s’agit de la Omer Eagle Ray.

omer stingray short
omer stingray short, comparaison avec une Omer stingray

La Short en détails :

Premier changement et qu’il faudra retenir : cette Omer Stingray Short arrive avec un nouveau chausson du même nom. Si la partie chaussante est identique, c’est au niveau des bras que le travail a été fait puisque ces derniers ont vu leur hauteur divisée quasiment par deux et sont aussi plus souples (à retenir pour les amateurs de voilures fibres qui chercheraient un chausson non perturbant en terme de courbe de voilure).

omer stingray short
omer stingray short, le chausson

La voilure ressemble parfaitement à la version longue mais présente une longueur réduite de 15cm. L’angle est de 21 degrés. On ne retrouve pas de guides latéraux, ce qui est au final logique puisque l’objectif de ce modèle est avant tout la nervosité et la maniabilité.

omer stingray short
omer stingray short, vue de dessous

En piscine :

Plug and play pourrait on dire dès les premiers coups de palmes et notamment pour ceux qui seraient le moins habitués à des palmes d’apnée. Courtes, souples et relativement nerveuses, le palmage en surface est d’une facilité très agréable. Une fois sous l’eau, en apnée dynamique, la palme atteint très vite sa vitesse de croisière et aussi ses limites. En effet, il ne sert à rien de forcer ou chercher à la contraindre afin d’améliorer son rendement. On y gagnera à laisser la palme s’exprimer et en faisant des mouvements d’une amplitude moyenne. Au moment du virage, c’est très simple : on pivote purement et simplement. La relance est bonne. On traversera les 25mètres en 23/24 coups de palmes de moyennes.

omer stingray short
omer stingray short en action

En mer :

Comme en piscine, les premiers mètres à la surface sont très agréables et surtout accessibles. Dans le courant, ce modèle fonctionne aussi parfaitement même si on pourra parfois lui reprocher de manquer de « jus ». L’attaque de palmage se fait sans effort. Le déroulé est propre et relativement régulier.

Première immersion, on quitte la surface sans soucis et la descente se fait sans soucis. Arrivé sur le fond, les palmes se plaquent immédiatement y compris dans les conditions les plus remuantes. A l’indienne, on profite d’une maniabilité de haut niveau mais aussi d’une capacité à pouvoir épouser les éléments du décors assez intéressante. En pêche à trou, que du bonheur !

omer stingray short
omer stingray short en action

Quelle profondeur maxi ? Si en fonction du niveau du pratiquant, on pourra atteindre des profondeurs relativement importantes. Il semble assez évident que ce modèle se destine à une utilisation dans la zone de 0 à 15 mètres maxi.

Pas qu’une palme !

L’arrivée du chausson short nous est apparue comme une très bonne idée.

omer stingray short
omer stingray short, les différences

Peu contraignant pour la voilure, il permettra de profiter à 100% du rendement de celle-ci sans influer sur la dureté de la zone située devant les pieds. Une zone importante puisque c’est elle qui va conditionner l’attaque de palmage. Bref, un modèle intéressant au point même que certains fabricants indépendants de voilures carbone se laisse de plus en plus aller à le recommander à leurs acheteurs en France et surtout en Espagne.

 

Conclusion :

Pour moins de 70€, Omer propose avec la Stingray Short une palme qui pourra accompagner le chasseur sous-marin des ses premiers coups de palmes à son passage à l’élite. En effet, maniable, facile à utiliser et souple, elle plaira instantanément aux débutants qui pourront par la suite et en évoluant, monter une voilure carbone plus longue sans avoir à changer de chausson ni se soucier de l’adéquation de ce dernier avec la voilure.

Le prix moyen : 69€

Les + :

– le chausson

– la maniabilité

– l’accessibilité

 

les – :

– manque de puissance

 

l’avis des testeurs :

Bertrand : «  Short, pas de doute elles le sont ! Avec 15cm de moins qu’une version classique on y gagne carrément en maniabilité au fond et on en vient à pouvoir se cacher là où on aurait jamais cru. Côté rendement, elle fonctionne bien mais pourront manquer parfois de puissance ! »

Jordi : « J’ai aimé la maniabilité de ce modèle et surtout son chausson dont j’avais déjà entendu parler ici en Espagne. Un achat intelligent pour qui on ne voudra pas changer de modèle de chausson en évoluant »