Dessault Reactor: une dessault version différente !

0
261

Dessault semble vouloir donner un coup de jeune à sa collection de palmes et présente cette année un modèle au look résolument moderne : la Reactor !

 

dessault reactor
Dessault reactor, le logo

Quoi de neuf ?

Pour cette nouvelle palme, Dessault s’appuie sur une nouvelle technologie de fabrication de voilure mais aussi sur un nouvel échantillonnage de fibre.

Ainsi, le positionnement a été calculé selon le fabricant pour améliorer encore le coup de fouet de la voilure en action (le fameux DOA double ondulation active).

Côté moulage, on parle à présent d’une technologie « voie sèche » destinée à contrôler d’une manière optimale l’imprégnation des tissus. Ces nouvelles voilures sont bien entendu réalisées en moule haute pression et étuvées afin là aussi d’optimiser la polymérisation de la résine et donc conserver toutes ses caractéristiques mécaniques.

Retrouve t-on le système de différenciation de rigidité avant arrière comme sur les Dsmax ? La réponse est non ! Exit le système DS comme d’ailleurs le célèbre outline Dessault (allure générale avec bout de palme arrondi) ainsi que les cannelures de guidage.

dessault reactor
dessault reactor, vue de dessus

D’un peu plus près :

On trouve le moule du chausson Dessault et donc une chausse assez large avec une rigidité relativement marqué sur le coup de pieds et la semelle. Les bras du chausson vont assez loin sur la voilure et sont suivis de guides assez haut (2cm) ; objectif guidage du palmage !

dessault reactor
dessault reactor, les guides

Côté voilure on retrouve donc une voilure réalisée en fibre de carbone avec un tramage assez large. L’imprégnation est précise et nous n’avons pas constaté de zones plus desséchées en résine que d’autres. Idem pour les collages qui sont d’un bon niveau, précis et sans bavures.

dessault reactor
dessault reactor vue de dessous

Cette palme est disponible dans deux rigidités, la 1 étant la plus souple et la 2 assez proche des modèles medium du marché. C’est cette dernière que nous avons testé.

Côté dimensions, ce modèle fait 20cm de large pour une longueur de 62cm devant la pointe du pied. L’angle moyen est de 20 degrés.

dessault reactor
Dessault reactor, le chausson

En piscine :

Dès les premiers coups de palmes, on sent immédiatement que ce modèle Dessault a évolué. Le palmage est ample, puissant et bien propulsif en surface. Cette Reactor rigidité 2 est bien un modèle médium avec une attaque de palmage plus marquée que sur les modèles souples du marché heureusement l’angle assez important contribue à facilité la pénétration du pieds sous la surface.

En apnée dynamique, on trouve rapidement son allure de croisière avec un palmage peu contraignant même si ce modèle préfèrera une amplitude marquée. Côté performance, comparativement à nos données de tests longueurs, on se retrouve avec une moyenne de 19 coups pour traverser 25m ce qui est bon. Arrive le moment du virage, la rotation se déclenche facilement même si dans l’effort on sent un côté un peu approximatif au niveau du chausson (certainement dû à sa largeur associée à un guidage marqué). La relance de son côté est de bon niveau, on retrouve quasi immédiatement son allure de croisière.

Dessault reactor
Dessault reactor en action

En mer :

Arrivée à la mer, cette Dessault Reactor va montrer un bon potentiel et surtout une polyvalence assez intéressante. On remarquera au moment de chausser la palme que le chausson manque un peu de maintient sur l’avant et semble chausser un peu grand. Ceci mis à part, les premiers coups de palmes permettent d’avancer à une bonne allure et de parcourir de belle distance sans avoir à fournir d’efforts.

Dans le courant idem, ce modèle se montre peu fatiguant lors des déplacements. On pourra encore améliorer se comportement en passant sur une rigidité 1 et en customisant les guides latéraux (garder seulement les 10 cm du bout de palme et laisser le reste à 6mm en hauteur totale).

Dessault reactor
Dessault reactor en action

Première descente, les palmes donnent un bon appuie et permettent d’oublier facilement la surface. Lors de la descente, les Reactor se font oublier mais participent à guider la chute. Une fois au fond, pas d’effort particulier pour les plaquer au sol, seul un bon courant latéral pourra nous donner une impression d’effort. A l’indienne, rien à signaler, on navigue au dessus du fond avec une maniabilité assez intéressante (certes moins marquée que pour les Dsmax) et la réactivité est bonne. Lors des descentes les plus profondes (28 mètres), ces palmes donnent pleinement satisfaction avec un bon appui lors des premiers coups destinés à décoller du fond. Le reste de la remonté se fait aisément avec une palme qui déroule proprement et un palmage assez économique et bien en ligne.

 

Conclusion :

La Dessault Reactor montre de bonnes capacités et une polyvalence d’utilisation intéressante et plus marquée que la Dsmax. Performante et assez nerveuse, elle donnera satisfaction aux plus pointilleux comme aux débutants qui trouveront là une palme assez « plug and play ». On regrettera juste un côté un peu approximatif au niveau du chausson en latéral qui contraste d’autant plus que le dessus est bien maintenu. Côté look, elle a tout simplement séduit l’ensemble du test team psmcafe.

Les + :

– Polyvalence

– Facilité d’utilisation

– Performance générales

– le look

les – :

– chausson approximatif en latéral.

 

L’avis des testeurs :

Bertrand : « Polyvalente et direct dans l’action, la Reactor c’est une palme pas prise de tête. Le look est sympa et le rendement au rendez-vous ! »

José Luis : « Puissante au fond comme en piscine, j’ai apprécié la qualité de son déroulé. En action de chasse, elle permet d’être performant à toutes les profondeurs et va même excuser certaines erreurs de lestage »

Le tableau tech:

Dessault reactor
Dessault reactor, le tableau